Cinquante nuances de Grey de E.L. James

 

 

cinquante nuances de Grey

Le spitch :

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en litterature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. Naive et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. Mais Grey est tourmenté par des démons interieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets.

Mon avis :  Je me suis demandé si j’allais réellement faire un article sur ce livre, tant il en a déjà été faits. Mais allons-y, je me lance. J’ai voulu lire ce livre parce que beaucoup de gens en ont parlé en bien, il a fait beaucoup de bruit et ça m’intriguait énormément. Donc hop hop hop, ni une ni deux, je m’installe confortablement et j’ouvre les premières pages. Le début est un peu… comme tous les débuts de livre : descriptif, un poil chiant. Je me suis dit « bon allez, courage, ce sera forcément mieux quand l’histoire débutera vraiment ». Que nenni mon ami, que nenni ! J’ai détesté ce bouquin. La naïveté d’Anastasia atteint un niveau jamais vu dans toute l’histoire de la naïveté et de la niaiserie ! Le mec lui dit clairement qu’il n’attend d’elle que du sexe et uniquement du sexe, et elle, elle tombe follement amoureuse… Il lui dit qu’il aimerai lui « faire mal » en bon sadomasochiste qu’il est, et quand elle accepte qu’il la punisse, elle pleure et lui crie que c’est un grand malade et qu’elle ne veut plus le voir… Oh oh, il y a quelqu’un ? Il t’avait prévenue cocotte, écoute-le quand il te parle bon sang ! Christian n’est pas mieux, puisque lorsqu’il apprend qu’Anastasia est vierge, il l’emmène tout de suite dans sa chambre pour la déflorer (oh comme il est joli ce mot !), mais vu la description de la scène, le mec l’empale en vrai. On sait Monsieur Grey que la douleur est votre cam, mais pour une première fois, un peu de douceur n’aurait pas été de trop. En bref je ne vois qu’une phrase pour résumer ce livre : c’est une romance pas crédible sur fond de mauvais porno. Le film adapté de ce livre est plus soft, mais pas mieux, dommage.

 

Publicités

2 réflexions sur “Cinquante nuances de Grey de E.L. James

    1. Oui c’est sûr, il devrait entrer dans le guiness tellement il est nul ^^ On m’avait donné les deux suivants en ebook, j’ai eu vite fait de les supprimer haha

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s