Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella

 

723503-gf

Le spitch :

Selon Rebecca Bloomwood, jeune et jolie londonienne de 25 ans,  » si l’on pouvait porter des vêtements neufs tous les jours, la dépression nerveuse n’existerait plus « . Droguée au shopping, notre héroïne s’expose à un nombre de tracas aussi impressionnants que le montant du relevé de sa carte de crédit. Témoin la riche correspondance qu’elle entretient avec son banquier… Comble de l’ironie, Becky est journaliste à Réussir votre épargne, où son travail consiste à expliquer à ses lecteurs comment gérer leur budget. Les dettes s’ammoncellent… Un dernier shopping pour se remonter le moral ? Impossible, toutes ses cartes sont bloquées. De solutions empiriques en effroyables mensonges, c’est la panique. De quoi affecter aussi son histoire d’amour naissante avec le séduisant homme d’affaires Luke Brandon. D’autant que celui-ci lui révèle l’existence d’une petite amie. Becky, blessée dans son amour-propre, essaiera de l’oublier. À plusieurs reprises, pourtant, le hasard se chargera de les réunir…

 

Mon avis : 

J’ai détesté ! Rebecca est accro au shopping certes. Il existe même une maladie reconnue sur cela, on appelle la victime « acheteuse compulsive ». Mais tout de même, Rebecca n’est même pas capable de raisonner en adulte ! Exemple, elle achète un ticket de loto dans l’espoir de devenir riche du jour au lendemain. Le souci, c’est qu’elle croit que, parce qu’elle vient d’acheter un ticket, elle va forcément gagner. Genre « personne ne le sait encore, mais ce soir je serai riche ». L’espoir, c’est bien, les illusions, je dis « non » ! Le pire étant à venir. Evidemment elle ne gagne pas, sinon pas d’histoire. Elle trouve un livre sur une méthode pour freiner ses envies de shopping et faire des économies. Elle va donc suivre ces conseils, mais à sa manière. Elle va entrer dans une boutique de cosmétiques et acheter deux produits Clarins plein tarif pour avoir une pochète gratuite qui contient des échantillons et un rouge à lèvres full size. Quand on connait les prix Clarins, ce qu’elle fait est absolument ridicule. Alors certes, je comprends que lorsque l’on est acheteuse compulsive, on ne puisse pas s’arrêter du jour au lendemain. Mais acheter deux produits dont on n’a pas besoin pour avoir des petites choses gratuites, ce n’est pas digne d’une trentenaire qui essaye de changer de mode de vie. Je n’ai pas finit ce livre tant je ne supportais pas de voir cette femme s’enfoncer plus encore que lorsqu’elle dépensait sans réfléchir…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s